Elimination des amalgames

Nous parlons en Médecine Dentaire Biologique intégrative de la toxicité du mercure et des alliages métalliques sujets aux fuites ioniques.

L’équipe de chercheurs de l’université de Tübingen, en Allemagne, a fait analyser, en 1997, la salive de 18 000 personnes porteuses de 9 amalgames chacune en moyenne. Dans son rapport de 77 pages, elle révèle qu’après dix minutes de mastication d’un chewing-gum, la salive renferme une moyenne de 47 microgrammes de mercure par litre. Or, la norme utilisée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour l’eau potable est de 1 microgramme par litre.

Les porteurs d’amalgames ingèrent donc environ 47 fois plus de mercure que la norme autorisée.

Voici comment les vapeurs de mercures s’échappent des obturations et vont vraisemblablement intoxifier les organes en s’y accumulant.

Dans cette vidéo nous pouvons voir comment le mercure détruit les fibres nerveuses.

Certains porteurs de nombreux amalgames ne présentent aucun signe d’intoxication aux métaux lourds et il n’est donc pas absolument recommandé d’éliminer systématiquement les obturations au mercure présentes en bouche.

D’autres, porteurs de quelques obturations, présentent des symptômes locaux liés à la toxicité du mercure, comme une sécheresse de la bouche, une inflammation et des sensations de brûlure de la bouche et de la langue, des aphtes, une gingivite, des gerçures des lèvres.

Procédure d'élimination des amalgames

Lors de l'élimination des amalgames, de nombreuses erreurs sont souvent commises, en particulier par le chirurgien-dentiste qui ignore les problèmes liés aux métaux lourds et retire les amalgames sans aucune précaution particulière.
Or, pendant cet acte, il se produit en bouche une grande quantité de vapeur de mercure, composant hautement toxique.
Il est fréquent qu'après l'élimination d'amalgames des patients se plaignent de symptômes neurologiques, de fatigue chronique de douleurs musculaires ou articulaires. C'est la raison pour laquelle, l'élimination des amalgames doit se faire sous une protection adéquate.

En médecine dentaire biologique nous portons une attention toute particulière à cette protection en utilisant les procédures suivantes :

  • Utilisation d'une digue en caoutchouc.
  • Utilisation d’une canule aspiration clean-up.
  • Utilisation de basse vitesse lors du fraisage pour éviter les vapeurs toxiques.
  • Mise en place d'une sonde nasale oxygénée.
  • Mise en place d’un masque de protection à base d'or pour le patient (l’or fixe le mercure).
  • Utilisation de Chlorella.
  • Mise en place, en fonction de l'état de santé du patient, d'obturations définitive en céramique, d'obturations en composite ou d'obturations transitoires en verre ionomère.
  • En option, perfusion à base de vitamine C et d'autres oligo-éléments.

Protection du corps et de l'organisme

Afin que l’organisme soit bien préparé pour l'élimination des amalgames, vous commencerez un protocole de détoxification 14 jours avant le rendez-vous. Vous pouvez choisir entre notre protocole (voir PDF ci dessous) et un protocole extérieur de votre choix.
Malgré toutes les précautions que nous prenons pour cet acte en médecine dentaire biologique, il se peut qu'une petite quantité de vapeurs de mercure se dépose tout de même dans votre corps.

Le protocole que nous vous proposons doit préparer votre corps au mieux pour l’élimination des amalgames et lui donne la possibilité de mieux capter et d'éliminer le mercure toxique.
Il minimise le risque d'une augmentation de la toxicité lors de l'élimination des amalgames.

Il ne s’agit en aucun cas d’un programme de chélation des métaux lourds.

Ce dernier ne peut d’ailleurs commencer qu’après l’assainissement biologique complet de votre bouche (métaux, champ perturbateur, Nico…).